Anne Delafosse

ANNE DELAFOSSE KENTIN

– LUNDI 17 AVRIL 2017 –

  • Concert de 6H30-7H30
  • Conférence de 9H45-10H45

Prestation d’Anne Delafosse

avec Marie Beaudoux, Jeanne Bernier, Axelle Verner

Les concerts d’Anne Delafosse (connue aussi sous le nom d’Anne Quentin) se font rare : elle se consacre aujourd’hui entièrement au CNSMD de Lyon, y enseignant la musique médiévale et Renaissance et oeuvrant à la coordination.

Anne a appris à chanter auprès de Marie-Claire Cottin puis s’est spécialisée en Musiques Anciennes auprès de Dominique Vellard, Marie-Claude Vallin, Eugène Ferré…

Elle a été la première chanteuse de Doulce Mémoire, a pris part aux ensembles Musica Nova, Discantus, Mora Vocis, à fonder en 2004 Les Jardins de Courtoisie après avoir mené plusieurs projets isolés : « Vox Audita Est », « Dafné », « Inconstance et Vanité du Monde », un festival Musique Vocale à Silvacane alliant musique du Moyen Age et musique contemporaine. Vous pouvez encore l’entendre aujourd’hui au sein des ensembles Gilles Binchois et Celadon. Elle a fait ses débuts d’enseignante au Conservatoire de Tours et à l’université de Franche-Comté.

+ d’info sur : https://annedelafosse.jimdo.com

Marie Beaudoux, musicologue, chanteuse, peintre et céramiste. Elle est formée en art de l’écoute (méthode François Louche), en thérapies sensitives, en technique vocale “le souffle et la voix” (méthode de Benoît de la Bretèque.

Jeanne Bernier découvre le piano et le chant, au sein de la Maîtrise de Dijon puis se forme au Conservatoire de Dijon, en piano, chant, formation musicale, analyse, histoire de la musique et écriture, études qu’elle poursuit actuellement au CNSMD de Lyon en chant et en direction de choeur.

Axelle Verner, danseuse, dessinatrice et grande curieuse, c’est par ces différents arts qu’elle nourrit sa pratique du chant. Son parcours la mène de la Maîtrise de Notre Dame de Paris au CNSMD de Lyon. Elle se produit déjà comme soliste et avec l’ensemble Les Kapsber’girls et elle a participé à plusieurs disques (le prochain, avec la Capella Sanctae Crucis, Harmonia Mundi, printemps 2017)

Programme : 6h30 – 7h30

Pièces grégoriennes, polyphonies anciennes, représentation du jeu liturgique des 3 Marie au tombeau, c’est résolument le thème de Pâques qui est le fil conducteur du programme concocté spécialement pour la 9ème édition du non-stop de Luxeuil.

La fête de Pâques a de tout temps été source créatrice de musique somptueuse : les musiciens ont de tous temps consacré le meilleur de leur art à composer pour cette fête, aussi donnerons – nous à entendre des joyaux de l’art musical médiéval.

Dans le trope de l’introït « resurrexi », le soliste alterne avec le tutti pour proclamer, dans le jeu liturgique : le latin alterne avec l’ancien français pour mettre en scène, « représenter », la polyphonie d’un alleluia et d’un benedicamus domino font écho au chatoiement de la lumière qui poind sur les vitraux au fond du choeur.

Et dans les coeurs qui s’éveillent en ce début de journée, un onde de ravissement au souffle des voix…

  • introït du jour de Pâques « resurrexi » avec trope.
  • graduel du jour de Pâques « Haec dies »
  • extrait du Jeu liturgique « les 3 Marie au tombeau », ms d’Origny Ste Benoite, (14e s.)
  • Alleluia en polyphonie à 2 voix de l’école de Notre Dame (fin 12e s.)
  • offertoire « terre tremuit »
  • Bendicamus Domino en polyphonie à 3 voix de l’école de Notre Dame (13e s.)

Conférence 9h45 – 10h45

Le jeu liturgique (ou drame liturgique dans le sens de « drama ») apparaît dans les églsies vers l’an mille. Ce sont d’abord des petits dialogues ou des tropes introduits dans les messes pour les rendre plus vivantes et plus accessibles aux fidèles. Évoluant peu à peu, le drame liturgique se joue, au milieu du 12e s. sur le parvis ou dans le narthex de l’église, dans ses propres décors. Né des cérémonies religieuses il devient divertissement.

Je me propose de retracer cette évolution, la replaçant dans son contexte et l’éclairant par des témoins iconographiques et sonores.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *